Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Un petit tour au Kala Pathar,


A la fin du mois d’octobre 2008 nous quittons la grisaille française pour le Népal. Notre équipe de 8 personnes prévoit un trekking de 13 jours dans la région du Kumbu avec pour objectif majeur : voir l’Everest de près.

Michel de la Compagnie des Guides de Katmandou, et Nima notre guide Chef nous attendent à l’aéroport et nous passent autour du cou la traditionelle Khata en signe de bienvenu. Le transport entre l’aéroport et l’hotel est déja pour certain une plongée trés exotique dans l’Asie. Quelques temples, des vaches au milieu de la route et une circulation anarchique. Une fois installés à l’hotel, nous nous lançons avec excitation à la découverte du réseau inextricable de ruelles du vieux Ktm. C’est culturellement extrêmement riche. Un mélange complexe d’hindouisme, de boudhisme et d’architecture raffinée ou bricolée encadre la vie quotidienne des Népalis de Ktm.

Il est décidé de ne pas traîner et de partir sur le trek dès le lendemain. Pour rejoindre Lukla, départ de notre randonnée, il nous faut prendre un petit avion. C’est un Twin Otter de 18 places pour un vol de 35 mn. A condition d’être assis du bon côté de l’avion, c’est un vol inoubliable tant les paysages himalayens sont fabuleux. L’arrivée sur l’aérodrome de Luhkla est impressionnante mais les pilotes sont doués et ils nous posent en douceur. Nos porteurs et notre guide Sherpas nous attendent et nous voila en route pour 13 jours de trek.

Au delà de la beauté des paysages et de l’attrait quasi magnétique de l’Everest, l’intérêt du Khumbu pour le randonneur réside dans le fait que c’est une région de tourisme déja ancienne (depuis la fin des années 50) et les infractuctures y sont excellentes. On y est accueilli par les Sherpas, ethnie locale. Ils sont trés forts en portage d’altitude, ils construisent des maisons cossues en pierres, ils tiennent de confortables Lodges où ils hébergent les touristes pour la nuit par chambre de deux, ils vous cuisinent de bon petit plats et pas seulement le traditionnel Dalh Bat. Et enfin, ce sont de redoutables commerçants...

Namche Bazar est leur « capitale ». A 3400m, c’est un carrefour où se rencontrent alpinistes, randonneurs, commerçant népalis ou Tibettains, moines boudhistes et Yaks. On y passe généralement deux jours à la montée pour s’acclimater, ce qui laisse le temps de parcourrir ses ruelles en pentes et animées. On y fait les dernières courses avant d’attaquer l’ altitude.

Jour après jours nous remontons la vallée. La traversée des villages ponctue la randonnée. C’est l’occasion de voir milles détails sur la façon dont vivent les Sherpas. Parfois, Nima ou Galzen me font entrer dans une cuisine et je bois avec eux le thé devant une cuisinière à bois fabriquée avec de la terre. C’est souvent la Didi (grande soeur) qui y officie et dirige en maîtrese femme cette assemblée bruyante de porteurs, de guides et de gamins. A l’extérieur, les anciens sont au soleil et regardent passer les touristes en faisant tourner leur moulin à prière.

La journée de marche n’est pas forcément trés longue. Nous marchons environ 3 ou 4 heures, pas plus. Il faut respecter des paliers d’acclimatation de 400 mètres  de dénivellation positive par jour pour laisser le temps à l’organisme de s’habituer.

Après Namche Bazar, Le hameau de Tangboche est un des points phares de notre rando vers le Kala Patar. On y trouve un monastère imposant et trés actif. Posé aux sommet d’une colline, ses couleurs ocre rouge contrastent admirablement avec les neiges toutes proches du Tamserku et du Kang tega. Tous les soirs à partir de 7 heures, les moines y font la lecture et nous assistons. Cela consiste en une litanie chantée, ponctuée par de bref séquences musicale avec trompettes, cors, tambours et cymbales. Un mélange étonnant de basses profondes et d’aigus strident qui ne laissent personne indifférent. On ressort de là bouleversés.

Chaque matin, nos quatres porteurs se chargent de nos sacs et nous ne partons sur les sentiers qu’avec nos affaires de journée.

Le soir, nous retrouvons notre gros sac au Lodge.

La remontée de la vallée du Kumbu est encadrée par deux allées de sommets imposants mais de tous, l’Ama Dablan est celui qui marque les esprits par sa forme élancée et la pureté de ses lignes.

Dès que le soleil disparait derrière les montagne, il se met  à faire trés froid et trés vite nous enfilons bonnets et doudounes. Au milieu de la pièce principale des refuges, trone systématiquement un poèle que l’on alimente à la bouse de Yak séchée. On s’y aglutine avec les porteurs et la discution y est toujours agréable.

L’ascenssion du Kala Patar (le « rocher noir » en sherpas) nous a pris 8 jours à la montée et cinq à la descente. Du haut de ses 5545 mètres, ce sommet offre un étonnant belvédère sur quelques unes des plus grosses montagnes de cette planète : L’Everest bien sur mais tout à côté le Lhotse, ou bien le Nuptse, ou encore le Pumori. Autant de sommets célèbres dans l’histoire de l’Himalayisme. Sans parler de tous ceux un peu moins connus mais aussi spectaculaires.

Randonner à un telle altitude peut sembler difficile (et ça l’est pour certain !), à cause du froid, de la poussière. L’impossiblité parfois de faire de bonne toilette. Il y a aussi les effets de l’altitude. Le manque d’oxygène et l’effort d’adaptation que l’on demande à l’organisme ne va pas sans désagrément, mais si l’on respecte quelques règles et que l’on est bien encadré, tout se passe bien. Quoiqu’il en soit, le plaisir procuré par la découverte et la beauté de l’environement dépasse largement les peines de la montée.

Ce trekking laisse en moi un excellent souvenir et s’insrit dans un voyage formidable au Népal. Car randonner là-bas ne se limite pas à une expérience sportive, c’est bien un voyage complet avec des rencontres, un choc culturel et de la diversité de paysage, depuis les rues vivantes de Ktm jusqu’aux pentes arrides d’altitude.

Enfin... c’est un voyage qui vous change, et c’est ce qu’on lui demande !

 

Ronan Bégoc. Guide de randonnée.

Chamonix le 3 Décembre 2008.

Partager cette page

Repost 0
Published by

Vos envies sont notre passion.

Envie de changer d'air, de prendre de l'altitude ; envie de découvrir et de connaître d'autres civilisations et d'autres cultures ? Vous vous souciez de le faire en accord avec les populations rencontrées...

Envie de rêver d'autres horizons ; envie d’expéditions, de trekkings au Népal ; envie de pratiquer vos activités montagnes préférées en toute sécurité avec un personnel qualifié ? Vous avez besoin d'une organisation française et d'un encadrement professionnels pour découvrir l'Himalaya (Ladakh, Zanskar, Nubra, Rupsu, Tibet) ?

Quelque soit votre niveau, vos attentes, vos rêves, ne vous posez plus ces questions, la Compagnie des Guides de Katmandou vous propose des programmes tout compris ou à la carte.

Découvrez les et partez en bonne Compagnie.

 

logo CGK

 

La Compagnie des Guides de Katmandou

Recherche

Aidez nous à vous aider

Vos questions, nos réponses peuvent intéresser d'autres personnes...
Soumettez-nous les !
himalco@gmail.com

Témoignages & Descriptifs