Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Difficulté : Difficile, engagé & froid. Parcours glacière. Plusieurs jours en haute altitude

Saisons : mi-septembre /fin octobre

Intérêts : Paysages de montagne, rencontre avec les Magar & Gurung, difficulté du parcours.

Nombre de jours : minimum 14 jours.

Hébergement et restauration : Sous tente avec équipe de soutien complète (Sirdar, cuisinier, porteurs,…)

 

1er jour : Katmandou - Pokhara - Beni - Singha (8/10h de bus, 3h de trek) : Départ en bus tôt de Katmandou car la route est longue. Après Pokhara, arrêt à Beni et départ de ce gros village. La piste forestière remonte la vallée de la Myagdi Khola. Le parcours est plat est sans difficulté jusqu’à Singha (3h). Camping dans la cours de l’école en contrebas de la route. Il est possible quand la piste est praticable de regagner directement Beni à Darban par le bus local.

 

2ème jour : Singha – Darban (6h de trek) : Une journée sur la piste avec quelques raccourcis qui permettent de traverser les petits villages. 15mn après avoir quitté Singha, vous arrivez à Tatopani (eau chaude). Un village thermal qui draine autour de piscines aménagées (pas très propres) les habitants des villages alentours. Le paysage est celui de rizières et les villages agricoles permettent de s’intéresser à la vie rurale. De nombreux ruisseaux se passent à gué. Ils peuvent grossir très rapidement en cas de pluie. Le repas de midi est pris à Babiashwor (2h45), village d’où partaient les caravanes de mulets, il y a quelques années. La piste est taillée dans la falaise et surplombe par endroit la rivière. Le village bazar de Darban est atteint après 3h. C’est le dernier village achalandé. Camping sur le stade à la sortie du village.

 

3ème jour : Darban – Sibang (6h de trek) : Traverser le pont suspendu et suivre le chemin descendant puis plat taillé dans la falaise. Après 20mn de marche facile, le sentier traverse un pont suspendu et butte sur une colline pentue. La montée en zigzag, sous les pins, et parfois aérienne est sévère mais permet de gagner rapidement de l’altitude. Une fontaine (1h) dans le tiers supérieur permet de se rafraîchir. Encore quelques zigzags et le chemin se radouci en passant une épaule (15mn). L’eau coule partout et les buffles vous accueille à l’entrée de Dharapani (eau de fontaine) qui faudra rejoindre par une courte montée (5mn). Le sentier qui traverse ce joli village est plat et sans difficulté puis vallonné jusqu’à Takam (2h). Le repas de midi peut y être pris dans la cours de l’école. Une petite descente dans le village puis remontée tranquille puis plus raide avant d’arriver à Sibang (2h). Camping dans la cours de l’école à la sortie du village sur la gauche. 

 

4ème jour : Sibang – Muri (trek 5h30) : Le sentier remonte sur une épaule (15mn). Première vue sur le Jirbang (6060m) et derrière le Dhaulagiri (8170m). Grosse et longue descente jusqu’à Phaliya puis la rivière (2h). Un pont suspendu traverse des gorges étroites puis remontée longue (1h15) et raide tout en traversée sur le flanc de la colline (passages aériens qui nécessitent parfois de la vigilance) jusqu’à une épaule. Le sentier poursuit vallonné jusqu’à Muri (1h30), superbe village Magar, posé dans la pente. Une petite montée pour arriver au camping à la sortie du village (possibilité de prendre un bain dans le ruisseau en contrebas à gauche). 

 

5ème jour : Muri – Boghera (trek 6h30) : Départ tout en descente après avoir traversé le village et passer une épaule. Le cheminement pour rejoindre la gauche du glissement au pied de la falaise est assez vague dans une zone d’un ancien glissement de terrain. Le pont est atteint (45mn). En amont, à gauche, le Kambon Himal déploie sa superbe face sud. La montée s’engage sur l’autre versant. Le chemin bien tracé s’élève tranquillement en sous bois avant de devenir plus raide et humide sur la fin. Le col/épaule est atteint (45mn). La descente dans l’autre vallée par un chemin multiple est assez raide et par endroit humide. Ne pas aller trop à droite (dessus de falaise). Rejoindre le fond de la vallée (20mn) où sont implantées quelques maisons (Mahatala). Puis, à plat, en longeant la rivière, par un chemin sans difficulté, on arrive au hameau de Naura (1h) qui ferme le bas de la vallée. L’endroit est idéal pour le repas. Prendre sur la gauche au dessus du village (chemin pas évident à trouver), un sentier qui s’élève rapidement jusqu’à quelques bâtiments (20mn) (emplacement pour prendre le repas).  Le sentier devient plus raide en sous bois jusqu’à ce qu’il reparte dans l’axe de la vallée (15mn). La suite, en balcon sur le flanc de la montagne, parmi les pins est magnifique. Le cheminement est relativement facile avec quelques passages rocheux qui nécessitent un peu d’attention. La Myadgi Khola bouillonnante 800 mètres en dessous et les pentes fuyantes sur lequel rien ne peut arrêter la vue sont assez impressionnantes. Une petite source (1h30) marque l’emplacement du départ de l’ancien chemin qui s’élevait en zigzag directement dans la pente. Mal tracer, tout en dévers, dangereux et extrêmement impressionnant, il a été abandonné par celui qui continu bien tracé devant. Au dessus des gorges très profondes, le nouveau chemin taillé dans la falaise verticale est très aérien et plus impressionnant que dangereux. Il nécessite toutefois une certaine attention sur certains passages. La zone aérienne dépassée (1h20), la forêt réapparaît. Le chemin reprend son ascension parfois assez raide jusqu’à une épaule (30mn) puis plus calmement jusqu’au très joli et dernier village (15mn) de la vallée, Bhogera (Magar). Camping dans la cours de l’école ou 10mn plus bas sur un terrain adapté.

 

6ème jour : Boghera - Dobang (trek 6h30): Depuis l’école prendre le sentier descendant vers la gauche jusqu’au bas du village (autre terrain de camping) puis continuer à plat jusqu’à une barre rocheuse qu’il va falloir gravir par un sentier taillé dans le roc (nécessite de la vigilance). Une plaque commémorative (30mn) est fixée au sommet du passage. Cette difficulté franchie, vous poursuivez, d’abord sur un terrain dégagé puis en sous bois, sur un chemin vallonné et en balcon au dessus des gorges (30mn). La descente qui s’engage sur des passages souvent humides, taillés dans la falaise est impressionnante. Les surplombs qui dominent ce sentier taillé sont parsemés d’essaims avec des rayons de miel, en grosses demies lunes Il est nécessaire d’être vigilant sur ce passage. Le fond de la vallée est atteint (30mn). La couverture forestière est épaisse et les rencontres avec les langurs (singes à poils laineux) possibles. A droite (30mn), sur la rive opposée (pas évident de trouver le pont de branches jeté au dessus de la rivière), en amont de la cascade, 2 bassins d’eau chaude permettent un bref moment de détente et de nettoyage. Le chemin humide sous la forêt de Lalit Gurans (rhodo) est évident mais très humide (glissades sur les mousses et rochers). Le repas est pris sous cette couverture végétale près d’un des nombreux ruisseaux (2h). Le chemin est toujours vallonné avec de petites montées plus raides jusqu’à la clairière de Doban (2h30) (bâtiments). L’endroit, sous le Myagdi Matha et le Tsaurabong, sous les Lalit Gurans, dans les près traversés par le ruisseau, est bucolique. Camp.

 

7ème jour : Dobang - Pine Camp (trek 5h30) : 5mn après le départ, traverser par un pont de branches aléatoires jeté au dessus du bouillonnent torrent descendu, à gauche, du Tsaurabong. Après la courte montée raide et pas évidente sur l’autre rive, le sentier parfois difficile à trouver poursuit dans une végétation luxuriante (humide). Le cheminement n’est pas aisé. Après la végétation, il s’engage sinueux sur une zone rocheuse qu’il faut gravir puis dans un chaos d’immenses blocs parfois à contourner, parfois à gravir. Au détour du chaos, sur une partie propice, un pont (2h) de troncs jetés entre 2 gros blocs permet de changer de rive. Il est difficile de trouver le départ du sentier sur l’autre rive (à la sortie du pont, descendre une 30aine de mètre à droite, à côté d’un ruisseau). Une très courte montée humide permet de se rétablir dans une zone boisée relativement plate. Le sentier repart ascendant, mieux tracé, parmi les bambous. Il vient butté dans une zone plus raide (1h30). La montée humide est délicate à appréhender pour se rétablir sur le replat au dessus. Après une partie assez plate, s’ensuit des passages sur un terrain plus délité jusqu’à un couloir (ancien glissement de terrain). La remontée de ce couloir est raide très instable et il convient d’être vigilant. A mi-pente sur la droite (difficile à trouver), le chemin repart beaucoup moins raide avant de redescendre vers un ruisseau (1h). Encore une dernière montée humide en sous bois (pins) et vous sortez sur une zone sur laquelle sont aménagées des terrasses (1h). Le Tsaurabong, en face, domine de sa face imposante le camp. 

 

8ème jour : Pine camp - Camp des Français (trek (trek 5h30): Après 10mn de montée régulière mais pas très raide, la forêt disparaît au niveau d’un large couloir d’avalanche. Le sentier remonte ce couloir (30mn). Le chemin est peu tracé entre les blocs et la végétation rabougrie. L’environnement devient alpin avec le Tsaurabong dans le dos, sous le Manapathi et le Dhaulagiri. Gagner le côté gauche du couloir en essayant de repérer le tracé du chemin qui grimpe raide sur le flanc gauche. Des cairns marquent le passage pas évident à trouver. Traverser le ruisseau (blocs) et remonter (raide, à très raide) en zigzag le flanc de la montagne jusqu’à un plateau (1h). Le cheminement est vallonné et sinueux parmi les massifs de bambous puis redescend légèrement jusqu’à un ruisseau qui coule en bord de moraine (1h). La face ouest du Dhaulagiri s’élève d’un élan  et écrase le paysage. La remonté de la moraine sans être très raide et assez fatigante (altitude). Arrivée aux Kharka (bergeries) du Camp des Italiens (30mn) pour le repas. Après le Camp, remonter la moraine en tirant sur la gauche jusqu’à un bloc en équilibre (15mn). Penser à regarder le passage suivant depuis le haut car le glacier est raviné par les coulées d’avalanche et le cheminement, très aléatoire, varie sans arrêt. Une corde fixe permet de descendre la lèvre de la moraine. Le passage est dangereux (chute de pierre) et demande une attention particulière car la corde fixe n’arrive pas en bas et la pente est raide et gravillonneuse pour atteindre le bord du glacier (20mn). Après l’avoir traversé par le cheminement le plus sécurisé et franchi la rivière par le bord de la langue glacière, vous buttez sur une pente herbeuse très raide surmontée par une haute falaise. Il n’y a plus de chemin et la remonté des 200m se fait directement dans le dévers sur un semblant de trace dans l’herbe (passage dangereux). La terrasse sous la falaise atteinte (1h), le "sentier" est plus facile et moins raide mais la vigilance reste de mise. Passage devant une cabane en pierre (Camp des Suisses) (30mn). Continuer de monter jusqu’à un plat (15mn). Le paysage est hallucinant de partout (gorge extrêmement étroite - moins de 400m par endroit - et totalement minérale avec des à pics de 2000m d’un côté et 4000m de l’autre. Une autre planète. Une selle d’herbe, plate, en bordure du large lit de rivière et à proximité du ruisseau d’une cascade permet de mettre les tentes (Camp des Français) relativement en sécurité des chutes de pierre. Camp.

depart-matinal.jpgDépart du Camp des Français 

9èmejour : Camp des Français- Camp des Français (journée de repos et d’acclimatation) : Une journée pour parfaire son acclimatation par une ballade aller/retour (5h) en direction de la lèvre frontale du glacier. La vallée est relativement plate avec de petites montées et descente. Attention aux chutes de pierre qui peuvent survenir un peu de partout.

 

10ème jour : Camp des Français  - Camp de Base Dhaulagiri (trek 6h30) : Remonter la vallée étroite en faisant attention aux chutes de rocher. Le terrain morainique est assez instable. Le chemin se perd facilement entre les blocs qu’il faut grimper et descendre. La langue frontale du glacier est atteinte (2h30). Le mur de glace qui la forme est assez raide. Le prendre sur la gauche. Suivant les conditions du moment, les crampons et piolet peuvent être utiles. Le sirdar peut l’équiper également d’une corde fixe. Le plateau glacière est atteint (15mn). La longue remontée du glacier  se fait en suivant les conditions du moment (passages de crevasse, de sérac). Il n’est pas très pentu, mais les montées et descentes avec l’altitude deviennent vite fatigantes. Le paysage glacière (chaîne des Dhaulagiri II, III, V à gauche et les pentes du Dhaulagiri I) est de toute beauté. Les drapeaux à prière signale l’arrivée au Camp de base du Dhaulagiri (4h) dominé par la splendide face nord du Dhaulagiri et, plus en arrière à droite, le Dhaulagiri II, III, V. 

 Dhaulagiri.JPG

Face nord du Dhaulagiri

11ème jour : Camp de Base Dhaulagiri - Dhampus Pass (trek 7h) : Remontée du glacier qui forme un coude sur la gauche. La montée n’est pas très raide et passe sous la superbe face nord/ouest du Tukuche Peak. La fin du glacier est marquée par la pente plus raide d’une moraine (1h). La montée est très raide mais assez facile. L’altitude fait effet sur le rythme de marche. Le haut qui est formé par une crête est atteint (1h30). Derrière la face nord du Dhaulagiri révèle tous ses secrets. La montée en dévers pas trop prononcé qui suit devient moins raide mais tout aussi fatigante. L’altitude de 5000m est dépassée et les dernier 360m de dénivelé qui marque le French Pass lentement avalés (2h). Les drapeaux à prière claquent au vent. Le panorama est grandiose sur 360°. Au sud, l’horizon est fermé par la face nord du Dhaulagiri, à droite la chaîne des Dhaulagiri II, II, IV, V, VI, à gauche la face nord/ouest du Tukuche Peak, Au nord, devant, la vallée d’altitude totalement déserte (Hidden Valley) avec, à droite, au fond, le Dhampus Peak et à gauche des sommets anonymes. Redescendre vers le fond de la vallée en se tenant sur les pentes de droite. La marche est facile mais l’altitude (5000m) fait effet. Le cheminement est vallonné avec quelques montées qui coupent le souffle et des descentes qui permettent tout juste de le récupérer. La montée finale vers le Dhampus Pass (5240m) n’en finit pas mais il est atteint après 2h30 de marche dans la Vallée Cachée. Suivant les conditions météorologiques (vent), installer le camp versant Kali Gandaki ou Hidden Valley. Le paysage sur les Annapurna, le Tilicho peak et les Nilgiri est superbe. A gauche, le Dhampus Peak étire doucement sa pente sud jusqu’au camp, à droite, la majestueuse face est du Tukuche Peak.

 Dhampus-peak-from-French-pass.jpgHidden Valley

12ème jour : Dhampus Pass - Alu Bari (trek 6h) : Redescente vers la Khali Gandaki par le chemin traverse à flanc les pentes sud du Dhampus Peak. Sur la droite le Tukeche Peak forme un cirque où se dévoile la totalité de la face est. Cette traversée à flanc est très longue et ne perd guère d’altitude. De nombreuses montées et descentes coupent encore le souffle et les jambes. Plusieurs combes sont traversées (descentes et remontées). 300m en dessous, les restes d’enclos, de campement de bergers et des yaks qui paissent. Une petite remontée permet d’atteindre une épaule (4h) promontoire au dessus le la vallée de la Khali Gadaki et formée par le massif du Dhampus Peak. La descente dans cette face est brutale, raide et directe. Le chemin n’est pas très marqué mais la descente évidente : tout droit. Un premier replat avec des enclos est dépassé, le second avec de belles plateformes herbeuses encloses par des murets de pierres sèches permettra de planter le camp (2h). Quelques vaches vous accueillent dans un endroit bucolique. Une centaine de mètres plus bas, les Kharka (bergeries) d’Alu Bari.

 Dhampus-Pass.jpgMassif des Annapurna depuis le Dhampus Pass

13ème jour : Alu Bari – Marpha – Jomson (trek 5h) : Descente vers les bergeries (10mn) en tirant sur la gauche. Les bâtiments en pierres sèches sont beaux et s’inscrivent parfaitement dans le paysage. A partir des kharka, le chemin est très bien tracé. Au détour d’une épaule, la vallée de la Khali Gandaki, 1300m plus bas, se dévoile avec à droite, au fond, le plateau du Mustang, au nord/est le Thorong Pass. Le chemin dans les pins serpente sur les vires sur et entre des falaises rouges. Puis descend en zigzag, perdant rapidement de l’altitude. Nous laissons à un croisement Phyliak tout droit pour s’engager direction Marpha vers le bas. Le plateau qui domine Marpha est atteint. Sur la falaise à gauche, un ermitage, en face, le chorten peint sur la montagne, en dessous le village à toits plats avec son monastère. Arrivée à Marpha après une descente encore assez raide (2h20). Le village du bas Mustang est magnifique avec ses rues pavées et ses maisons de pierres. Repas. Sortir du village et rattraper la piste vers Jomson. Retour à la civilisation, la poussière, les véhicules, le bruit. Arrivée à Jomson  (2h30) en suivant la piste.

 

14ème jour : Jomson – Pokhara - Katmandou : Retour en avion entre Jomson et Pokhara puis entre Pokhara et Katmandou

Partager cette page

Repost 0
Published by

Vos envies sont notre passion.

Envie de changer d'air, de prendre de l'altitude ; envie de découvrir et de connaître d'autres civilisations et d'autres cultures ? Vous vous souciez de le faire en accord avec les populations rencontrées...

Envie de rêver d'autres horizons ; envie d’expéditions, de trekkings au Népal ; envie de pratiquer vos activités montagnes préférées en toute sécurité avec un personnel qualifié ? Vous avez besoin d'une organisation française et d'un encadrement professionnels pour découvrir l'Himalaya (Ladakh, Zanskar, Nubra, Rupsu, Tibet) ?

Quelque soit votre niveau, vos attentes, vos rêves, ne vous posez plus ces questions, la Compagnie des Guides de Katmandou vous propose des programmes tout compris ou à la carte.

Découvrez les et partez en bonne Compagnie.

 

logo CGK

 

La Compagnie des Guides de Katmandou

Recherche

Aidez nous à vous aider

Vos questions, nos réponses peuvent intéresser d'autres personnes...
Soumettez-nous les !
himalco@gmail.com

Témoignages & Descriptifs