Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 octobre 2009 3 28 /10 /octobre /2009 06:28

Beaucoup d'agences népalaises utilisent des enfants pour le portage de charge (25kg et plus) durant les trekkings. Le travail des enfants est bien sûr interdit au Népal même s'il reste effectif aussi bien en montagne qu'en ville.
J'en ai rencontré 2 différentes sur le circuit du Dhaulagiri (avec 2 cols à plus de 5200m, 1 journée à plus de 5100m et quelques passages assez techniques).
Une équipe de 2 Autrichiennes a refusé cette participation dès le début de leur trekking mettant à mal l'organisation de leur agence (et compromettant même leur réussite). Sous la pression, leur agence a recruté sur place un porteur de remplacement. 
Une autre équipe de 11 Autrichiens/Autrichiennes n'ont pas été ému(e)s de voir 2 frimousses de 11 et 13 ans porter des charges qu'eux ne porteraient pas. Les gamins sont redescendus à 3700m après 5 jours de portage. L'argument qu'ils vont ramener de l'argent à leur famille est toujours mis en avant mais cela rapporte surtout à l'agence qui les paie moins et augmente ainsi leur bénéfice.
Vous pouvez et devez, à l'instar des 2 Autrichiennes, refuser ce genre de pratique. Moralement, vous vous en porterez que mieux. Vous avez un droit de regard sur l'équipe qui vous encadre. C'est donc à vous de faire de l'ordre et de donner une éthique à votre trekking.

Bon trek

Le Yeti 

Repost 0
Published by Le Yeti
commenter cet article
28 octobre 2009 3 28 /10 /octobre /2009 05:06

Tout d'abord un grand bravo à l'équipe italienne qui était au Dhaulagiri en octobre et à leur agence de Patan (ils avaient quitté les lieux quelques heures avant notre arrivée). Ils m'ont au moins donné le thème de l'article.
Echec ou réussite, peu importe mais il nous a fallu plus de 40 minutes à 3 pour nettoyer toutes les merdes laissées autour des 50/60m de leur camp de base à 4700m, sous le regard non-concerné de guides népalais d'un autre groupe qui continuaient à bouffer (malgré les demandes d'aide) des biscuits en jetant les papiers d'emballage. Il n'y avait bien que leur uniforme ESF Courchevel qui justifait leur statut et les tenait encore debout.
On ne peut pas se dire aimer la montagne et agir de la sorte, du moins pour un occidental. 
La gestion des ordures lors d'un trekking sous tente ou en expédition est un problème récurrent qui devrait être réglé moralement. Peut-on se sentir montagnard et laisser un site en l'état de dépotoir ?
En cette période de prise de conscience écologique, l'objectif final de tout himalayiste ou trekkeur au XXIème siècle ne devrait pas être seulement le sommet ou le passage du plus haut point  mais aussi se compléter avec l'idée de laisser l'endroit comme il était avant son passage. Ce n'est malheureusement  pas encore le cas en 2009 et ce dernier challenge semble pour certains plus difficile à atteindre que le sommet projeté . 

Il est cependant assez rare qu'un trekkeur (quelqu'un qui pratique la montagne régulièrement) occidental jette de façon délibérée (sauf peut-être par mimétisme ???) ses déchets de consommation sur les sentiers (à l'exception, bien sûr, du papier toilette qui nous caractérise mais il brûle très bien, alors n'hésitez pas).  Ce n'est pas le cas des Népalais (guides, porteurs, autres) qui n'ont pas encore intégré le "je garde" ou le "je détruis après". Le conditionnement des  aliments fait également que de plus en plus de papier, de plastique emballent les produits de consommation. Sans un apprentissage et une prise de conscience écologique, ils se retrouvent par la suite en grand nombre sur les bord des chemins et dans les villages.
 Il revient donc à vous, trekkeurs, himalayiste, de faire le nettoyage (brûler ou ramener) de vos déchets et de toujours surveiller qu'il soit bien fait pour éviter un spectacle désolant  qu'aucune montagne ne mérite. Quant aux Népalais qui composent votre équipe et continuent allégrement à jeter, vous pouvez toujours le lui faire remarquer et lui demander de ramasser son papier. Ce geste s'apprend.

Bon trek

Le Yeti 

Repost 0
Published by Le Yeti
commenter cet article
28 octobre 2009 3 28 /10 /octobre /2009 04:24

Si fin 2008 avait vu une augmentation des tarifs pour cause de hausse mondiale des prix des aliments de base, celle de 2009 n'a pas d'explication dans une logique occidentale. Les prix en montagne ont rejoint les prix des restaurants de Thamel ou ceux de Pokhara sans aucune amélioration notable de qualité ou de quantité. Il en est de même pour l'hébergement. Les prix ont carrement doublé (en rouge, les prix touristes tels qu'ils pourraient être sans abus). Il semble que cette logique d'augmentation n'ait plus de limite. 



Compter :  entre 250 et 390 roupies pour un dal bhat (entre 90 et 110 roupies)
                    entre 210 et 250 roupies pour des momo aux légumes (entre 70 et  100 roupies)
                    entre 130 à 195 roupies pour une soupe  sachet (entre 50 et 70 roupies)
                    entre 250 et 550 roupies pour un thermo de thé (entre 100 et 150 roupies)
                    entre 290 et 350 roupies pour un plat de spaghettis tomate (entre 120 et 170 roupies)
                    entre 150 et 195 roupies pour des pommes de terre tomate oignon (entre 90 et 110 roupies)
                    entre 195 et 230 roupies pour un plat de frites (entre 90 et 110 roupies
                    entre 70 et 90 roupies le rodi (chapati) (entre 10 et 20 roupies)
                    ...

La chambre double est entre 210 et 350, voir plus (entre 120 et 140 roupies)

A trop vouloir plumer l'étranger d'une façon si apparente, l'ACAP (Annapurna Conservation Area Project) et le STEC (Sanctuary Tourism Entreprener Comitee) risquent fort de tuer la poule aux oeufs d'or.

Bon trek

Le Yeti                   

Repost 0
Published by Le Yeti
commenter cet article
18 septembre 2009 5 18 /09 /septembre /2009 04:20

Les formalités et le coût du visa d'entrée a changé en 2009.
 
Le visa pour le Népal est obligatoire pour tous les occidentaux qui s’y rendent. Il peut s’obtenir à l’Ambassade du Népal en France, Rue des Acacias (près de la FNAC Etoile) 75017 Paris. Le téléphone : 01 46 22 48 67. Couvrant une période de 6 mois, sa validité sur le territoire népalais, donnée par le tampon de l’Immigration Office à l’entrée du pays, est de 15 jours, extensible à 5 mois maximum. Son prix est de 30$ pour les 15 premiers jours, puis de 2 US$ par jour supplémentaire. Il pourra être renouveler au Bureau de l’Immigration de Katmandou jusqu'à 5 mois sur l'année calendaire. 
 

Vous  pouvez directement l’obtenir à votre arrivée à l’aéroport de Katmandou. Il risque, cependant, d’y avoir une queue assez conséquente, en haute saison. N'oubliez pas d'avoir des photos d’identité avec vous.
Plusieurs possibilités : visa 1 entrée, visa multi entrée.

Tout dépassement de date est passible d'une amende 3US$ par jour de retard.

Bon séjour
Le Yeti

Repost 0
Published by Le Yeti
commenter cet article
22 juin 2009 1 22 /06 /juin /2009 03:28

La chaleur et l’humidité arrivant, le Yeti prend ses quartiers d’été sur les estives ariégeoises et sur l’alpe vallorcine.
Retour sur les kharka himalayens en septembre pour mieux vous informer.

Vos questions, vos expériences nous intéressent pour alimenter le blog. N’hésitez pas à nous les soumettre.

Bon été et bonne montagne

Le Yeti

Repost 0
Published by Le Yeti
commenter cet article
1 juin 2009 1 01 /06 /juin /2009 06:54

Il est possible d’utiliser la poste népalaise pour envoyer ou recevoir des lettres et des colis. Il est également utile de savoir comment elle fonctionne. A Katmandou, c’est la poste centrale à Sundara qui collecte et reçoit tous les envois. Un bureau de poste est également ouvert à Asson Tole. Il y a moins d'attente en saison à son unique guichet  mais il est difficile à trouver.

Il existe également des services postaux privés qui fonctionnent approximativement dans les mêmes conditions. Les délais de réception peuvent être plus courts (à demander à leur bureau).

 

D’après expériences :

 

Pour les envois vers l’étranger, il faut compter environ 3 semaines (voir +) avant réception. Si les cartes postales ne nécessitent qu’un affranchissement, les lettres volumineuses et les colis doivent être présentés ouverts aux guichets pour vérification. Certains produits (cuir, médicaments,…) seront traités à part et peuvent être interdits d’envoie (ça dépend également de l’humeur du guichetier et de votre profil). N’oubliez pas d’être présent lors de l’oblitération des timbres. Le service "envoi en recommandé" existe également et donne une garantie supplémentaire mais pas d’amélioration dans les délais. L’envoi doit toujours être présenté ouvert.

Sur les trekkings, des bureaux de collecte existent mais sont souvent fermés. Les cartes et lettres s’entassent dans la B.A.L. Sans vérification de votre part, les timbres feront assurément l’objet d’une autre vente. Donc, ne postez rien sur les trekkings car cela n’arrivera pas à destination.

 

Pour la réception. Il n’y a pas de distribution aux particuliers (bien que le courrier arrive dans les villages). Il est donc nécessaire d’avoir un numéro en poste restante. Les envois venant de l’étranger mettront entre 1 et 2 semaines (parfois plus) pour être réceptionnés à Sundara. S’il n’y a aucune contrainte pour les cartes postales et les lettres (ces dernières peuvent être tout de même ouvertes), les colis seront ouverts, examinés et les objets reçus taxés selon un barème (dont je n'ai pas connaissance). Depuis l’étranger, évitez d’envoyer en recommandé avec accusé de réception, cela mettra plus de temps et votre envoi obligatoirement contrôlé à l’arrivée sans garantie supplémentaire sur place.

 

Les pertes et disparitions (vols) sont assez rares mais toujours possibles.

 

Bonne séjour

 

Le Yeti

Repost 0
Published by Le Yeti
commenter cet article
11 mai 2009 1 11 /05 /mai /2009 07:01

Comme tout un chacun peut le supposer, il est fortement déconseillé de boire de l’eau  directement aux robinets et aux dhara (fontaines) de la vallée de Katmandou, de Pokhara et plus généralement dans tout le Népal. Vous risquez à tous les coups de (gros) problèmes intestinaux, voir plus. L’eau des robinets, dans le bassin de Katmandou, a 2 provenances : Sundharijal et la nappe phréatique.
Sundharijal est le collecteur d’eau venue des pentes du Shivapuri  et dirigée vers les villes et villages via un réseau plus qu’usagé. Il ne suffit plus à alimenter toute la vallée depuis quelques années. Il n’existe pas de réserve collective (château d’eau) et pratiquement toutes les maisons possèdent des citernes sur leur toit. De décembre à mars (période d'étiage), l’eau du réseau est distribuée à tour de rôle dans les différents secteurs.
Des forages privés plus ou moins profonds (4 à 15 m) permettent de monter l’eau de la nappe phréatique. Les bassins de Katmandou et de Pokhara sont extrêmement pollués (partout des dépôt sauvages d'ordures, aucun retraitement des eaux usées, prolifération des fosses septiques,…) et l'eau de ruissellement traverse une épaisse couche de déchets en tout genre avant d'alimenter la nappe. Il est donc plus que déconseillé de boire et même d’utiliser cette eau puisée à des fins culinaires (même pour se brosser les dents). Dans tous les cas, il est préférable d’utiliser de l’eau minérale en bouteille de 1 litre ou de 20 litres. Même si la qualité n’est pas optimum, cette eau est traitée pour la consommation directe (je n’ai jamais eu de problème avec). Les marques ne manquent pas. En 2009, en dehors des zones montagnes, compter 15 à 20 roupies le litre (prix du marché) ; de 55 à 100 roupies pour 20 litres + achat consigné (250 roupies) de la bouteille. Vous pouvez également utiliser l’eau filtrée puis bouillie pour les préparations culinaires mais à éviter en consommation directe. Le thé ne pose généralement pas de problème. Il est longuement bouilli. Idem pour les divers sodas et bières, mais vérifier toujours la date de consommation. Préferer le verre ou le chalumeau pour boire sinon essuyer le goulot. Attention aux glaçons. Si vous ne connaissez pas la provenance de l’eau,  n’en prenez pas.

En montagne (à toute altitude), la qualité de l’eau est bien meilleure mais n’autorise pas à être bue en toute sécurité directement aux taps (robinets) ou dans les ruisseaux. Ajoutez-y toujours un comprimé pour la purifier ou faites la bouillir. Sur les sentiers, n’acheter pas d’eau en bouteille pour éviter toute pollution plastique (le ramassage et le retraitement des plastiques ne sont pas encore arrivés jusqu'à là). Vous trouverez du thé partout, des sodas et bières (l'alcool n'est pas conseillées au dessus de 3500 m) sur tous les circuits fréquentés (bien que des tas de bouteilles en verre commencent à s'entasser derrière les lodges). Pour les séjours sous tente, vous aurez de l’eau bouillie ou du thé à volonté.

 

Bon séjour

 

Le Yeti

Repost 0
Published by Le Yeti
commenter cet article
13 avril 2009 1 13 /04 /avril /2009 04:16

Avec les orages d’avril et de la chaleur, arrivent également les sangsues. On les retrouve jusqu'à 2500 mètres d’altitude dans les zones herbeuses et les sous-bois l’humidité est grande (elles ne supportent pas les endroits secs et ensoleillés). De la taille d’une aiguille, elles se gorgeront de sang et grossiront de 10 à 20 fois. Friandes des appétissants mollets de trekkeurs (ou  de toute autre partie du corps, souvent au niveau des élastiques des chaussettes et des sous-vêtements), elles se fixeront par leur ventouse buccale, sans se faire sentir, et commenceront leur déjeuner. Puis, gonflé, le repas terminé, elles se laisseront choir. 

 

Que faire avant ?

Eviter de vous arrêtez les pieds dans des zones herbeuses (moins 3 mn suffisent pour voir ces bestioles faire l’ascension de vos chaussures et enchaîner par la face nord de vos mollets) et sous les arbres (elles en tombent). Arrêtez-vous sur la terre du sentier ou sur des pierres, dans un endroit découvert.

Que faire pendant ?

Ne les arrachez pas. Les sangsues, une fois le repas commencé, sécrètent un anticoagulant. En les arrachant, vous aurait du mal à stopper l’hémorragie. Mettez-y du sel dessus ou approcher la chaleur d’une cigarette ou d’un briquet pour les faire se décoller. Elles n’aiment vraiment pas et se détachent seules.

Que faire après ?

Nettoyer et désinfecter la zone de succion.

 

Bon trekking

 

Le Yeti

Repost 0
Published by Le Yeti
commenter cet article
19 mars 2009 4 19 /03 /mars /2009 03:50

Pour le Népal, vous trouverez les cartes (au 1:150 000, 1:125 000, 1:100 000, 1:85 000) de toutes les zones de trekking. Elles sont imprimées en divers formats et sont disponibles à Katmandou et Pokhara mais aussi en France dans les magasins spécialisés (Vieux Campeur, ...) et librairies orientales. Bien qu'elles soient jolies et reprennent  les courbes de niveau, les curiosités à voir, il n'en demeure pas moins qu'elles incluent des erreurs (pointage de certaines altitudes). Elles donnent une excellente vision des lieux.

 

Pour le Ladakh & Zanskar, les cartes Olizane 1:150 000 (Edition Olizane Genève) restent le must. Elles sont disponibles en France dans les magasins spécialisés (Vieux Campeur,…), dans certaines librairies orientales ou a http://www.olizane.ch

 

Pour le Tibet, les cartes Gizi 1:2 000 000 (Gizi Map) sont les plus précises. Aucune carte n’est disponible au Tibet. Vous les trouverez dans les magasins spécialisés (Vieux Campeur, …) et certaines librairies orientales.


Pour vous faire une idée des reliefs, des dénivelés (de n'importe quel lieu dans le monde), vous pouvez également utiliser le service Google map (http://maps.google.com). J'ai utilisé cette ressource pour présenter les itinéraires sur le site. Attention à la precision car le pointage des lieux et les contours des frontières est souvent approximatif.
 

Bon séjour

 

Le Yeti

Repost 0
Published by Le Yeti
commenter cet article
17 mars 2009 2 17 /03 /mars /2009 04:30

En dehors de l’artisanat, la grande majorité des marques proposées est contrefaite localement ou en Chine.

 

Equipement montagne

On trouve absolument tout le matériel pour s’équiper, de la tête au pied, pour l’ascension d’un 8000m. Faute d’atteindre le sommet, vous aurez au moins l’air de vouloir l’atteindre car la majorité de ce matériel n’est en rien garanti et sa seule fonction n’est que dans le apparaitre ou pour dépanner un oubli (trekking uniquement).

Il existe 3 enseignes qui vendent des marques originales pour l’équipement montagne. 2 magasins (North Face, Millet, Hard Wear Mountain,…) sont à l’entrée de Thamel, en face l’Himalayan Bank ; l’autre (Vaude), à l’entrée de Lazimpath (vers l’ambassade de France) en face de l’hôtel Ambassador. Les prix sont à peine inférieurs à ceux pratiqués en France. Vous pouvez également trouver dans les échoppes du matériel récupéré auprès des expéditions mais rien ne vous garantit l’authenticité (même l’emballage peut être contrefait). Sur le matériel de sécurité (les cordes, le top du top des broches à glace en titane, les piolets, les mousquetons, les jumars, les poulies, les pitons, …) les labels de garantis (CE) peuvent être également contrefait. Abstenez-vous d’acheter tout matériel dont votre vie dépend.

Quelques magasins vendent aujourd’hui du matériel sous logo népalais. C’est le même qui sert à la contrefaçon mais estampillé avec une marque locale.

 

Equipement électronique

La plupart du matériel électronique est de fabrication chinoise. Mais on trouve des originaux (équipement photo, informatique et téléphonique), approximativement dans les mêmes prix qu’en France, sur New Road (l'avenue de l’ancien palais royal).

Du côté de Mahaboddha (entre Ason Tol et New Road par la ruelle de gauche), vous ne trouverez que de la copie chinoise de marque (tout type de matériel électronique) avec une durée de vie de 15 jours en moyenne. 

 

Autres achats

Les grandes marques (Gucci, Dior, Chanel, D&G, Rolex, Ray Ban, Nike,…), en provenance de Chine, sont vendues dans tous les magasins des grandes surfaces (Kathmandu Mall, World Trade Center II,…). Vous trouverez même des modèles griffés n’existant pas ailleurs. Les originaux se trouvent sur New Road, Darbar Margh (Avenue du palais royal), Lazimpath, dans les Magasins Bluebird et en moindre mesure au Gemini de Boddhanath au même prix qu’en France mais sans garantie.

 

Artisanat local

Pour le travail sur métaux, allez voir vers Patan. N’hésitez pas à vous perdre dans les ruelles de Patan Dhoka. Prenez le temps et discutez.

Pour les poteries, c’est à Bhaktapur. Il y a une place à cet usage.

Pour les châles, les pulls Cashmires et Pashemina, après l’ambassade de France à Lazimpath.

Pour les Tanka, à Boddhanath mais aucune d’elles ne sera peinte avec des peintures naturelles quoiqu’en dise l’atelier ou le peintre. A moins d’être composées et utilisées devant vous. 

Pour les tapis, à Jawalakhel (camp de refugiés tibétains) ou Boddhanath, directement dans les fabriques (choisissez celles dans lesquelles les enfants ne travaillent pas - régies par un code éthique).
Pour les kukuri (Opinel local), à Pyaphal, avant d’arriver à l’ancien palais royal par la rue la plus à l’ouest (Harati Hotel) depuis Chetrapati. Ca brille moins en vitrine qu’à Thamel mais c’est aussi moins cher pour la même chose.
Pour les instruments de musique, entre Paknajol et Chetrapati.

Pour tout ce qui est antiquité (des vrais), il n’y a pas de boutique. C’est l’affaire de spécialistes et elles sont rares. Pour tout ce qui fait un peu vieux dans les magasins, ce n’est que du vieilli artificiellement.

Les pierres précieuses et semi-précieuses, bien évidemment, mais seulement si vous êtes connaisseurs car le verre brille également. La turquoise vient de Turquie, d’Afghanistan, ou de Plastiquisthan, plus rare, du Tibet. Idem pour les Zhi (agate tibetaine). Le corail vient d’Inde ou de Turquie mais il y a beaucoup d’imitation Made in Résine. L’ambre, rare aussi, vient d’Afghanistan, de Turquie, du Tibet mais surtout de résines chimiques colorées.

 

D’une manière générale, évitez d’acheter à Thamel (2 ou 3 fois le prix d’ailleurs). Je sais, c’est plus facile. Tout se marchande. N’écoutez pas trop les vendeurs, pour eux c’est tout de l’original, pour l'acquéreur, c’est tout du contrefait. Si vous achetez des statues en bronze, demandez un certificat de vente et le papier tamponné du Bureau d’Archéologie au magasin (1 ou 2 jours pour l'obtention) pour éviter tout problème à l’aéroport. Mais surtout, pour tout achat, faites le Népalais, prenez le temps, comparez et discutez.
 

Bon séjour

 

Le Yeti
Repost 0
Published by Le Yeti
commenter cet article

Vos envies sont notre passion.

Envie de changer d'air, de prendre de l'altitude ; envie de découvrir et de connaître d'autres civilisations et d'autres cultures ? Vous vous souciez de le faire en accord avec les populations rencontrées...

Envie de rêver d'autres horizons ; envie d’expéditions, de trekkings au Népal ; envie de pratiquer vos activités montagnes préférées en toute sécurité avec un personnel qualifié ? Vous avez besoin d'une organisation française et d'un encadrement professionnels pour découvrir l'Himalaya (Ladakh, Zanskar, Nubra, Rupsu, Tibet) ?

Quelque soit votre niveau, vos attentes, vos rêves, ne vous posez plus ces questions, la Compagnie des Guides de Katmandou vous propose des programmes tout compris ou à la carte.

Découvrez les et partez en bonne Compagnie.

 

logo CGK

 

La Compagnie des Guides de Katmandou

Recherche

Aidez nous à vous aider

Vos questions, nos réponses peuvent intéresser d'autres personnes...
Soumettez-nous les !
himalco@gmail.com

Témoignages & Descriptifs