Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 octobre 2009 3 28 /10 /octobre /2009 05:06

Tout d'abord un grand bravo à l'équipe italienne qui était au Dhaulagiri en octobre et à leur agence de Patan (ils avaient quitté les lieux quelques heures avant notre arrivée). Ils m'ont au moins donné le thème de l'article.
Echec ou réussite, peu importe mais il nous a fallu plus de 40 minutes à 3 pour nettoyer toutes les merdes laissées autour des 50/60m de leur camp de base à 4700m, sous le regard non-concerné de guides népalais d'un autre groupe qui continuaient à bouffer (malgré les demandes d'aide) des biscuits en jetant les papiers d'emballage. Il n'y avait bien que leur uniforme ESF Courchevel qui justifait leur statut et les tenait encore debout.
On ne peut pas se dire aimer la montagne et agir de la sorte, du moins pour un occidental. 
La gestion des ordures lors d'un trekking sous tente ou en expédition est un problème récurrent qui devrait être réglé moralement. Peut-on se sentir montagnard et laisser un site en l'état de dépotoir ?
En cette période de prise de conscience écologique, l'objectif final de tout himalayiste ou trekkeur au XXIème siècle ne devrait pas être seulement le sommet ou le passage du plus haut point  mais aussi se compléter avec l'idée de laisser l'endroit comme il était avant son passage. Ce n'est malheureusement  pas encore le cas en 2009 et ce dernier challenge semble pour certains plus difficile à atteindre que le sommet projeté . 

Il est cependant assez rare qu'un trekkeur (quelqu'un qui pratique la montagne régulièrement) occidental jette de façon délibérée (sauf peut-être par mimétisme ???) ses déchets de consommation sur les sentiers (à l'exception, bien sûr, du papier toilette qui nous caractérise mais il brûle très bien, alors n'hésitez pas).  Ce n'est pas le cas des Népalais (guides, porteurs, autres) qui n'ont pas encore intégré le "je garde" ou le "je détruis après". Le conditionnement des  aliments fait également que de plus en plus de papier, de plastique emballent les produits de consommation. Sans un apprentissage et une prise de conscience écologique, ils se retrouvent par la suite en grand nombre sur les bord des chemins et dans les villages.
 Il revient donc à vous, trekkeurs, himalayiste, de faire le nettoyage (brûler ou ramener) de vos déchets et de toujours surveiller qu'il soit bien fait pour éviter un spectacle désolant  qu'aucune montagne ne mérite. Quant aux Népalais qui composent votre équipe et continuent allégrement à jeter, vous pouvez toujours le lui faire remarquer et lui demander de ramasser son papier. Ce geste s'apprend.

Bon trek

Le Yeti 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Yeti
commenter cet article

commentaires

Vos envies sont notre passion.

Envie de changer d'air, de prendre de l'altitude ; envie de découvrir et de connaître d'autres civilisations et d'autres cultures ? Vous vous souciez de le faire en accord avec les populations rencontrées...

Envie de rêver d'autres horizons ; envie d’expéditions, de trekkings au Népal ; envie de pratiquer vos activités montagnes préférées en toute sécurité avec un personnel qualifié ? Vous avez besoin d'une organisation française et d'un encadrement professionnels pour découvrir l'Himalaya (Ladakh, Zanskar, Nubra, Rupsu, Tibet) ?

Quelque soit votre niveau, vos attentes, vos rêves, ne vous posez plus ces questions, la Compagnie des Guides de Katmandou vous propose des programmes tout compris ou à la carte.

Découvrez les et partez en bonne Compagnie.

 

logo CGK

 

La Compagnie des Guides de Katmandou

Recherche

Aidez nous à vous aider

Vos questions, nos réponses peuvent intéresser d'autres personnes...
Soumettez-nous les !
himalco@gmail.com

Témoignages & Descriptifs