Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 novembre 2009 4 05 /11 /novembre /2009 04:57

Actuellement la plupart des grosses manifestations sont instiguées par les Maoïstes mais elles peuvent l'être également, d'une façon plus ou moins importante, attribuées à n'importe quel groupe politique ou de population revendicant une cause. Ces dernières sont très localisées.  
Depuis novembre 2009, le parti maoïste qui avait quitté le pouvoir au printemps 2009 a décidé d'y revenir en mettant la pression sur le gouvernement et les Népalais. La démocratie étant ce qu'elle est dans le pays, pour ce faire entendre, il faut contraindre toute une population (concernée ou pas) à suivre le mouvement d'humeur sous peine de sanction. La police n'a aucune autorité sur les manifestations mais elle peut toutefois, pour celles localisées, les encadrer sans interférer .
 
Autres précisions, ces manifestations et protestations ne concernent pas les étrangers. C’est un moment idéal pour faire du vélo (attention cependant car depuis peu certaines manifestations maoïstes interdisent également les vélos) ou marcher tranquillement sur les boulevards. La majorité des étrangers à Thamel ou en trekking ne s’aperçoivent de rien ou seulement à postériori en lisant les journaux ou en regardant les infos TV. Ils risquent cependant d’être gênés dans leur déplacement motorisé et leurs achats. Il est évident également de ne pas se rendre dans les endroits où il risque d’y avoir des échauffements d’esprit. Beaucoup de ces manifestants (plus ou moins alcoolisés pour certains) ne sont pas mus par une idéologie qui les dépasse mais par la rémunération obtenue (une prime à la casse). D’une manière générale, si vous vous y retrouvez dedans par hasard, ne contestez pas. Ca ne sert à rien, vous n’irez pas plus vite et n’arrangerez pas la situation. Restez souple, approuvez leur mouvement, tout ce discute et faîtes celui qui ne savait pas.

Il existe divers types de protestation (politiques ou autres) :
- les localisés
- les bandha
- les blocades

Les localisées : elles sont spontanées (donc sans préavis) et font suite à un événement immédiat. Elles matérialisent une réaction épidermique à un événement (accident, parole politique, …). On les retrouve sur les axes routiers (en ville et à l’extérieur), à un carrefour, devant des bureaux gouvernementaux… Le but est de bloquer ou de gêner une circulation ou les personnes (bureaux) afin de faire entendre son mécontentement ou l’injustice subit. Sur les axes routiers extérieurs (Katmandou – Pokhara par exemple), elles peuvent également se compléter avec une demande d’argent (en cas d’accident avec décès). Elles sont quotidiennes mais isolées et ne gênent pas grand-chose (il suffit de les contourner).

Les bandha (ville morte) : C’est la même chose que les localisés mais à l’échelle d’une ville ou d’une région. Le bandha est rarement annoncé. L'information circule comme une rumeur. Quelquefois la rumeur n'est pas fondée mais c'est suffisant pour tout bloquer. Les magasins sont en apparence fermés, les véhicules interdits. Le bandha est surtout politique. Les instigateurs plus nombreux (donc plus chauds) et souvent rémunérés peuvent s’en prendre à ceux qui enfreignent le bandha en brûlant les véhicules, en cognant, en caillassant. Il convient donc de ne pas enfreindre la chose. Les bandha avaient diminué avec la prise de pouvoir des maoïstes mais avec leur retour dans la contestation le bandha refait surface.

Les blocades/blocus : C’est le siège d’un endroit (vallée de Katmandou) en bloquant tous les accès pour s’y rendre. Elles sont annoncés. Les queues aux pompes à essence peuvent également signaler (mais il peut y avoir d'autres raisons) quelques jours avant l'arrivée d'un blocus. Le but est de couper l’approvisionnement en vivre et en carburant d’un lieu. Si elles étaient effectives durant les années rebellions (1996 – 2006), elles ne sont plus pour le moment d’actualités.


Concernant vos déplacements durant un bandha :

En cas de bandha, certains véhicules transportant les étrangers sont "normalement" autorisés à circuler (plaques d’immatriculation vertes ou avec panneau visible ayant l’inscription "Pariatak matrey" - Seulement touriste en népalais). Des navettes aéroport/hôtels peuvent être mises en place. Il est très rare que l’aéroport soit coupé (cela peut arriver en cas de très grosse colère). Il ne vous restera que la marche pour vous y rendre ou, dans l’extrême, en convois militaires (vu pendant la révolution de 2006).
Les bus et autres véhicules locaux ne circuleront pas (bien que des taxis non autorisés le fassent en multipliant le prix de la course par 10).

Bon séjour

Le Yeti

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Yeti
commenter cet article

commentaires

Vos envies sont notre passion.

Envie de changer d'air, de prendre de l'altitude ; envie de découvrir et de connaître d'autres civilisations et d'autres cultures ? Vous vous souciez de le faire en accord avec les populations rencontrées...

Envie de rêver d'autres horizons ; envie d’expéditions, de trekkings au Népal ; envie de pratiquer vos activités montagnes préférées en toute sécurité avec un personnel qualifié ? Vous avez besoin d'une organisation française et d'un encadrement professionnels pour découvrir l'Himalaya (Ladakh, Zanskar, Nubra, Rupsu, Tibet) ?

Quelque soit votre niveau, vos attentes, vos rêves, ne vous posez plus ces questions, la Compagnie des Guides de Katmandou vous propose des programmes tout compris ou à la carte.

Découvrez les et partez en bonne Compagnie.

 

logo CGK

 

La Compagnie des Guides de Katmandou

Recherche

Aidez nous à vous aider

Vos questions, nos réponses peuvent intéresser d'autres personnes...
Soumettez-nous les !
himalco@gmail.com

Témoignages & Descriptifs